Vous recherchez...

Dossier : Ces métiers mal-aimés

Ces métiers mal-aimés
Méconnus ou mal-aimés, jugés parfois pénibles, certains métiers ne séduisent pas... alors même que les entreprises embauchent ! Particulièrement mal considérés, parfois même marginalisés, ils ne parviennent pas à se débarrasser de cette mauvaise image.

En effet, certains redoutent la fameuse question « Et sinon, vous faites quoi dans la vie ? » au détour d'une conversation, car ils savent que leur métier n'a pas vraiment la cote ! D'après vous, quels sont les métiers les plus détestés?

Pour des raisons souvent très différentes, de nombreux métiers souffrent d'une mauvaise image. Eboueur, huissier, inspecteur des impôts, agent de service mortuaire agent de service mortuaire, proctologue, égoutier, taxidermiste, tripier, thanatopracteur ou encore CRS, la liste est loin d'être exhaustive.

Même le succès de la série Six Feet Under qui dépeint avec humour le quotidien de la famille Fischer qui possède une société de pompes funèbres n'a pas permis de revaloriser cette profession. En effet, le métier reste systématiquement associé à la peur de la mort.

L'agent immobilier fait partie des métiers les plus détestés. En effet, 68 % des Français interrogés par Ifop ont une mauvaise opinion de cette profession. Ils estiment notamment que, pour un service facturé aussi cher (jusqu'à 10 % du prix de vente), la moindre des choses serait de proposer un service irréprochable !

Les contractuels souffrent eux aussi d'une mauvaise image et sont parfois confrontés à des réactions plutôt violentes. Ils sont la plupart du temps intraitables : même si votre ticket de parking vient juste d'expirer, ne comptez pas sur leur compréhension. Beaucoup d'automobilistes tentent de négocier, mais rares sont ceux qui obtiennent gain de cause. Ainsi, ils reçoivent leur lot quotidien d'insultes alors qu'en fait, ils ne font que leur boulot…

Nombreux sont les métiers qui pâtissent à tort d'une mauvaise réputation. L'huissier de justice traîne ainsi l'image négative d'un représentant de l'Etat qui s'acharne sur les gens en difficulté. Pourtant, les expulsions ne représentent que 20 % de son activité. Au contraire, il est plus souvent conciliateur et conseiller auprès de personnes rencontrant des problèmes judiciaires. Il écoute, propose, évite les procédures trop coûteuses et informe les gens sur leurs droits.

L'inspecteur des impôts s'occupe quant à lui des contrôles fiscaux : taxe d'habitation, impôts sur le revenu ou sur les sociétés, recensement du patrimoine foncier, fiscalité des entreprises, difficultés de paiement... ses tâches sont diverses. Il étudie également la comptabilité des particuliers et des entreprises.

De manière générale, ces métiers suscitent très peu de vocations. Pourtant, il s'agit de secteurs qui recrutent ! En effet, même s'ils sont jugés peu gratifiants par le grand public, il en est tout autre dans la réalité de la pratique puisque les secteurs les plus mal-aimés sont paradoxalement ceux qui offrent le plus de débouchés.

Le secteur qui propose le plus d'opportunités est celui du traitement des déchets. En effet, l'éboueur n'est pas le seul intervenant dans ce secteur qui embauche à l'heure actuelle plus de 112 000 personnes en France. Entre la collecte, le tri, le traitement ou encore la valorisation, il existe de nombreux métiers aussi méconnus qu'indispensables.

Tous ont néanmoins le mérite de répondre à quelques nécessités de la vie quotidienne et c'est parfois dans l'ombre que leurs agissements permettent le bon fonctionnement global de la société.