Vous recherchez...

Dossier : Classement des métiers

Classement des métiers

Classement des métiers, le vôtre est-il bien placé ?

Sur une échelle de 1 à 200, le site internet CareerCast s'est lancé dans le classement des métiers, du plus plaisant au moins séduisant. L'étude se fonde sur cinq critères de notation : niveau de stress, les conditions de travail, l'environnement, les perspectives d'évolution et, bien entendu, le revenu. Les métiers qu'on pensait idylliques en fin de liste ou les professions aux allures moins folichonnes en tête de classement, les résultats surprennent et remettent sérieusement nos préjugés en question…

Ingénieur logiciel, un métier de rêve ?

Félicitations aux ingénieurs logiciels, qui sortent grands vainqueurs de l'enquête ! Le nom de la profession ne laisse pas rêveur, pourtant leur salaire confortable de 87 000 $ par an, le taux d'embauche élevé et le faible niveau de stress leur accordent la médaille d'or.

Les sciences puissance 10

Les 10 premiers de la liste nous font presque regretter d'avoir boudé les maths à l'école : mathématicien en deuxième place, actuaire en troisième, suivis de près par les statisticiens, météorologues, analystes de systèmes… Les professions scientifiques ont la côte et remplissent la majorité des cinquante premières lignes du classement. Entre autres paraissent les ingénieurs (19), économistes (20), sociologues (11) ou encore astronomes, place 22. On admet que ce dernier ne manque pas de charme…

Coup de massue pour le bâtiment

A l'inverse les métiers du bâtiment se portent plutôt mal : vitrier (150), charpentier (176), plâtrier (181) ou peintre de bâtiment (193) sont, sans surprise, des métiers physiques jugés difficiles. Le numéro 200 revient aux ouvriers manœuvres pour la deuxième année consécutive : un salaire bas pour un effort physique considérable à fournir au quotidien, ce verdict-ci n'a rien de surprenant…

Le superlatif selon CareerCast

Les « beaux métiers » se font discrets ! L'architecture, la photographie et le stylisme occupent respectivement les places 108, 143 et 144. D'autres métiers en apparence sympathiques sont déclassés, et d'après l'enquête : faire la plonge (167) serait plus attrayant que le journalisme (188), les éboueurs (179) sont mieux notés que les chorégraphes (180), les techniciens de surfaces (169) sont devant les Dj's (177) et les salariés de pompes funèbres (124) n'auraient rien à envier aux barmans (140) et animateurs (147) !

Cette étude n'est évidemment pas à prendre au pied de la lettre, tant les critères réels sont nombreux et le contexte de chaque salarié différent. Inutile donc de déprimer à la vue de votre job en fin de liste… Au moins, elle a le mérite de nous distraire !