Annuler

Dossier : La réforme des retraites

11 mai

Sujet de beaucoup de tensions et de manifestations, la réforme des retraites est un sujet épineux pour les politiques. Qu'en est-il du système des retraites en France ?

La réforme des retraites

Sujet de tension, l’âge du départ légal à la retraite est un sujet qui revient de manière régulière dans les discours des politiques. Deux camps s’opposent, ceux qui souhaitent une hausse de cet âge et ceux qui souhaitent diminuer cet âge. C’est notamment un sujet phare lors des élections présidentielles. Qu’en est-il actuellement de la retraite en France ?

La réforme des retraites sous la présidence de Nicolas Sarkozy

À l'origine de cette réforme : un constat. Après la crise financière de 2008, le gouvernement Fillon avait fait un constat. En effet, les déficits de l'ensemble des régimes de retraite obligatoires s'élevaient à 25 milliards d'euros. Le vieillissement de la population et le départ à la retraite de la génération du baby-boom ne devaient pas arranger les choses, selon les estimations de l’époque. Ainsi, il était prévu que le déficit annuel de l'ensemble des régimes de retraite devait atteindre 50 milliards d'euros d'ici à 2020 et dépasserait 100 milliards d'euros en 2040. 

Afin de pallier à cette hausse, le deuxième gouvernement Fillon prévoit une réforme de la retraite en France sous l’impulsion du ministre du travail, Éric Woerth. Celui-ci prévoyait, dans un document d'orientation, que seule une augmentation progressive de la durée d’activité pourrait assurer un financement du système sans pénaliser le niveau de vie des Français. De ce fait, le gouvernement a présenté le 7 septembre 2010 à l’Assemblée nationale un projet de loi se basant sur les recommandations du document d’orientation du ministre du travail. Dans cette loi, deux mesures phare sont à retenir :

- L’âge de départ à la retraite augmente de 4 mois par an pour atteindre le nouvel âge minimal, 62 ans, en 2016,

- L’âge pour bénéficier pleinement de la retraite passe de 65 à 67 ans.

Fortement contesté, notamment par les syndicats avec de nombreuses grèves, mais aussi par les partis de l’opposition, la loi est finalement adoptée le 9 novembre 2010. C’est sous ce système que la retraite est encore soumise.

La réforme des retraites sous la présidence d’Emmanuel Macron

La réforme de la retraite était une mesure phare d’Emmanuel Macron lors de sa candidature en 2017. Celle-ci prévoit, tout d'abord, de ne pas toucher à l’âge de départ à la retraite défini par la réforme de 2010. De plus, un nouveau système de retraites par point est proposé afin d’universaliser et d’éviter les régimes dits “spéciaux” qui permettent de partir plus tôt selon le travail que l’on fait. Ces points sont accumulés par les travailleurs en fonction de leur nombre d’heures travaillées dans leurs vies actives. Ce nombre de points est compté et calculé à la fin de la vie active du travailleur sur une base de 10h travaillées, 0,55 € est touché par le néo-retraité. Malgré de fortes contestations, une nouvelle fois par les syndicats et les partis politiques de l’opposition, la loi est adoptée en première lecture à l’Assemblée nationale. Dû à la pandémie mondiale de Covid-19, la réforme de la retraite a été suspendue par le président de la République.

Cependant, cette question de la retraite est revenue et a été un des enjeux de l’élection présidentielle de 2022 avec plusieurs candidats qui souhaitaient un retour à l’âge de départ légal fixé à 60 ans. Le candidat Macron, quant à lui, change de fusil d’épaule. Lui, qui ne voulait pas toucher à l’âge de départ à la retraite, promeut, dans son programme, un départ fixé à 65 ans. Afin de calmer les tensions autour de cette annonce, il décide de descendre cet âge à 64 ans.

La réforme des retraites