Vous recherchez...

Dossier : Les Métiers des Langues

Les Métiers des Langues
A l'heure actuelle dans le monde plus de 3 000 langues sont parlées et 12 000 dialectes existent.

Les Métiers des langues

L'anglais concerne les deux tiers des traductions dans le monde. Oui, bien sûr, mais pas seulement… Quels sont les débouchés après des études de langue ? Traducteur ou interprète sont les premiers métiers qui viennent à l'esprit mais le panel est en réalité bien plus large. A l'heure du plurilinguisme, les spécialistes des langues subissent paradoxalement une forte concurrence. Une chose est sûre : les amoureux des langues devront s'attendre à emprunter des chemins peu balisés.

Traducteurs et interprètes

Le nombre de traducteurs et d'interprètes est difficile à évaluer : ils sont environ 4 000 à en faire leur unique source de revenus, selon la Société française des traducteurs. Au total, en comptant ceux qui n'en font pas leur activité unique, il y aurait environ 12 000 traducteurs et interprètes en France. Mis à part quelques interprètes, fonctionnaires dans des organismes internationaux qui s'assurent des revenus confortables, les autres professionnels doivent diversifier leurs activités. La traduction et l'interprétariat sont deux secteurs relativement fermés qui exigent au-delà d'un quasi-bilinguisme, de rares qualités. L'ouverture d'esprit, la curiosité et la modestie sont des conditions sine qua non pour exercer les métiers des langues. En effet, les traducteurs comme les interprètes travaillent dans l'ombre ils sont le trait d'union entre deux langues et deux cultures.Enfin, sachez qu'avec l'ouverture de l'Europe à 25, les professionnels misent (en plus de l'anglais, allemand, espagnol) sur des langues plus « rares », comme le polonais. L'Europe et la mondialisation sont pourvoyeuses d'emplois mais aussi de concurrence, le volume des textes à traduire augmente. Cependant, la majorité des traducteurs font de la traduction technique (70 %), ou alors, ils se spécialisent dans un domaine : droit, finance, économie, chimie, électronique, informatique… C'est seulement avec de l'expérience que le traducteur peut évoluer vers la profession d'interprète et atteindre le top niveau en devenant interprète de conférences. Indépendants dans leur très grande majorité, ils doivent aussi apprendre à gérer leur petite entreprise : jongler entre cotisations et négociations de contrats, mais aussi savoir travailler en solo. En clair, pour se faire une place au soleil, débrouillardise, professionnalisme et haut niveau de qualification sont de rigueur.

Devenir Professeur de langues, pourquoi pas ?

"Avis à tous ceux qui veulent tenter le beau métier d'enseignant : un tournant radical s'amorce en matière de recrutement... Pyramide des âges oblige, 50 % de l'effectif actuellement en activité devra être remplacé entre 2005 et 2015." (Citation tirée d'un dossier en ligne du Nouvel Observateur).Professeur est un métier passionnant parce qu'il est fondé sur la générosité, celle de faire partager ce qu'on aime et ce qu'on sait ; parce qu'il met en contact permanent avec ceux qui feront le monde de demain ; les jeunes. Cependant c'est un métier fatiguant aussi, car ce n'est pas toujours facile de se trouver devant des classes qui dépassent souvent les trente élèves, mais quel métier utile. L'Education nationale recrute près de 4 000 professeurs de langues par anLes professionnels sont unanimes : les écoles de traduction et d'interprétariat proposent avant tout des techniques de travail et non un perfectionnement linguistique. Il est impératif de parler couramment 2 ou 3 langues et d'avoir effectué des séjours à l'étranger avant d'envisager toute formation. On ne peut ni traduire ni enseigner une langue sans en connaître parfaitement sa culture et son histoire et ce dans tous les métiers des langues.

Et les autres métiers ?

De nos jours, en ces temps d'internationalisation, la maîtrise d'une ou plusieurs langues étrangères s'avère indispensable. C'est un atout pour de nombreux métiers. Dans cette optique l'anglais bien évidemment reste la première langue. Néanmoins, la chute des frontières de la communauté européenne offre de véritables perspectives à ceux qui parlent plusieurs langues. Parler chinois, russe ou encore arabe (langues délaissées par le circuit scolaire classique) est un véritable investissement pour l'avenir. Tourisme, commerce international, finance, communication, secrétariat, diplomatie, les diplômés en langue peuvent, à condition d'avoir d'autres cordes à leur arc (double cursus notamment), séduire les entreprises.