Annuler

Interview : [BFM Grand Lille / L4M] Agri-Intérim : « On peut bien gagner sa vie en tant que salarié agricole »

18 mars

Corinne Bourdais, co-gérante d’Agri-Intérim, casse les idées reçues sur les métiers de l’agriculture lors de l’émission « C’Votre Emploi »

[BFM Grand Lille / L4M] Agri-Intérim : « On peut bien gagner sa vie en tant que salarié agricole »

Les Hauts-de-France sont une terre agricole, avec des cultures propres à son territoire et de nombreuses offres d’emploi à pourvoir. Corinne Bourdais, co-gérante d’Agri-Intérim, casse les idées reçues sur les métiers de l’agriculture lors de l’émission « C’Votre Emploi » du mercredi 17 mars sur BFM Grand Lille, et répond aux questions de Marie Dufour (BFM Grand Lille / Grand Littoral) et de Thibaud Cottin (L4M).

Avec l’absence du salon de l’Agriculture à Paris et d’autres salons en région, la filière agricole a perdu en visibilité. Il est pourtant important de mettre en lumière ces métiers qui recrutent dans la région Hauts-de-France. « C’est une région agricole, c’est sûr. Ce sont de grandes étendues, avec des cultures spécifiques comme la betterave, les endives, les pommes de terre, » détaille Corinne Bourdais. Et l’agriculture, ce n’est pas forcement uniquement l’exploitant ou l’éleveur, c’est un secteur très varié. « Il y a beaucoup de métiers qui gravitent autour de l’agriculture. Vous avez les entreprises de travaux agricoles, les coopératives, les concessions, les fournisseurs d’aliments, les conseillers en banque ou assurance spécialisés… toutes ses filières peuvent faire appel à nous », explique la co-gérante d’Agri-Intérim, qui possède une agence à Saint-Laurent-Blangy, près d’Arras et qui a recruté 300 personnes en 2020.

A la période du printemps, les besoins en main-d’œuvre s’intensifient. « On va avoir besoin de chauffeurs agricoles pour préparer les sols, préparer les cultures. On a besoin aussi d’au moins 160 manutentionnaires pour le démariage de plans de betterave ». Agri-Intérim est une agence d’emploi, qui place les travailleurs en intérim (sur des contrats courts ou long) ou en CDI et CDD, tout dépend de la demande de l’entreprise cliente. Pour travailler dans l’agriculture, plusieurs qualités sont importantes d’après Mme Bourdais. « De l’engagement déjà, s’avoir s’adapter, être polyvalent et courageux aussi ». Pour les personnes qui n’ont pas encore les compétences techniques, Agri-Intérim accompagne vers la formation pour rendre employable les profils humains intéressants.

Le monde agricole souffre de beaucoup d’apriori et il est important de lever les freins et les idées reçues (pollution, maltraitance animale, métiers basiques). « Le monde agricole est novateur, utilise beaucoup de technologies notamment GPS, avec des machines incroyables, des drones, et ça on en parle pas, c’est dommage car cela pourrait attirer plus de jeunes ». Un vrai travail de pédagogie reste à faire selon la professionnelle pour séduire davantage les jeunes publics et booster l’orientation vers ces métiers de passion.

« Un salarié agricole peut aussi bien gagner sa vie, certains profils sont pénuriques ce qui tirent les salaires vers le haut », conclut Corinne Bourdais.

Retrouvez ici l’ensemble de l’interview :  

[BFM Grand Lille / L4M] Agri-Intérim : « On peut bien gagner sa vie en tant que salarié agricole »