Vous recherchez...

Interview : Nathalie Hélin – Comportementaliste animalier

Nathalie Hélin – Comportementaliste animalier

Nathalie Hélin est comportementaliste animalier depuis 1998. Appelée par des propriétaires de chiens, elle se rend chez eux pour analyser la situation et proposer la solution la plus adaptée au problème rencontré. 

Comment en êtes-vous arrivée à effectuer cette profession de comportementaliste animalier ?

Plusieurs éléments m'ont conduite à ce métier.
En premier lieu, un souci que j'ai eu avec un chien que je possédais m'a amenée à fréquenter puis à m'impliquer de manière bénévole dans ce domaine.
J'ai également dû quitter mon travail à cause de problèmes de santé et je me suis retrouvée face à un choix à faire. J'ai opté pour la reconversion professionnelle et je me suis installée en tant que comportementaliste animalier. Je dois dire que je n'ai pas beaucoup hésité avant de prendre cette décision car j'ai toujours eu envie de travailler au contact des animaux. Et je les ai toujours aimés. 

Quelles sont vos missions ?

J'apporte mon aide aux personnes qui en ont besoin et qui sont confrontées à un souci de comportement de leur chien. Je m'adapte à leurs souhaits et tâche de régler le problème pour lequel ils m'ont appelée. Je parle bien d'adaptation, car je peux très bien relever d'autres problèmes de comportement dont je ne m'occupe pas parce qu'on ne m'a pas appelée pour cela. 

Quel que soit le motif pour lequel on fait appel à moi, il faut qu’il y ait au moins un contact avec le couple maître/animal. Je dois en effet évaluer la nature du problème pour pouvoir y apporter la solution la plus adaptée possible. 

Je ne prends pas en charge de A à Z l'éducation d'un chien. Si je l'éduquais moi-même, il m'obéirait, mais n'écouterait pas son vrai maître. Néanmoins, je peux organiser des séances collectives ou individuelles selon les souhaits du maître ou la personnalité de l'animal. Je peux ainsi participer à l'éducation d'un chiot à partir de deux mois et jusque 14 mois en moyenne. Ma mission est surtout de fournir au maître des conseils pour se faire obéir de son animal. 

Y a-t-il une journée type ?

Pas dans mes missions avec les animaux. Chacun est différent des autres et possède sa propre personnalité.
Néanmoins, les grandes étapes de ma journée professionnelle se ressemblent. Je la commence par la consultation des derniers messages et mails de mes clients, auxquels je réponds. Puis je vais à la rencontre des personnes qui ont sollicité mon aide et prends la mesure de la situation pour leur proposer une solution adaptée. Le soir, je termine par les réponses aux demandes reçues durant la journée.

Faut-il une formation et/ou un diplôme ?

Il n'existe pas encore de diplôme. Cette profession est ouverte à tous et il faut passer une certification pour s'installer. Et bien sûr, se former tout au long de sa carrière me semble obligatoire pour plusieurs raisons. Se tenir au courant des dernières nouveautés en matière d'éducation canine et se renseigner sur les différences de personnalité des diverses races de chiens est indispensable. 

Quelles sont les qualités à posséder absolument selon vous pour exercer cette profession ?

Avoir de l'empathie en premier lieu. Il faut comprendre le couple maître/animal pour pouvoir lui proposer la solution la plus adaptée à ses besoins.
De la patience aussi, car certains chiens représentent de véritables défis.
Et enfin, ne pas compter ses heures.

Des conseils pour ceux qui voudraient se lancer ?

Avant de s'installer, il faut peser le pour et le contre, voir s'il s'agit réellement d'une passion. Dans le cas contraire, vos actes envers les animaux pourront leur être préjudiciable car pas adaptés de manière optimale.
Il faut enfin bien se renseigner sur les formations pour choisir celles qui prônent les méthodes d'éducation positive et non coercitives.