Annuler

Interview : Jérôme Dormion, Taupier

22 juillet

Jérôme Dormion pratique un métier ancestral, Taupier. C’est avec passion que « le taupier du roi», comme on le surnomme, nous présente son métier si important pour la beauté de nos jardins.

Jérôme Dormion, Taupier

Jérôme Dormion pratique un métier ancestral, Taupier. C’est avec passion que « le taupier du roi», comme on le surnomme, nous présente son métier si important pour la beauté de nos jardins.

Bonjour, pouvez-vous, vous présenter ?

Jérôme Dormion, 43 ans, piégeur de taupes professionnel, j’exerce depuis 10 ans un métier d’antan : Taupier.

Le taupier itinérant du siècle dernier n’a rien à voir avec le taupier de nos jours : il posait des pièges à taupes pour lutter contre les dégâts qu’elles engendraient dans les cultures. De nos jours, le taupier intervient essentiellement pour des raisons esthétiques, dans les espaces verts et les gazons. Les dégâts sont les monticules de terres appelés taupinières.

Se débarrasser de ces « maudites taupes » peut alors devenir l’obsession des amateurs de belles pelouses ! Mais vous verrez que, même s’il nuit à la beauté de votre jardin, cet animal souterrain insectivore et carnivore est étonnant, tant par son intelligence, que par son énergie (saviez-vous que le mot « bosser » vient de la bosse créée par la taupinière ?)

Le taupier est une personne qui capture uniquement les taupes (pas les rongeurs comme les rats, souris, dont la lutte se fait par des dératiseurs). La taupe n’est pas un rongeur mais un insectivore/carnivore, cousine de la musaraigne.

Le taupier professionnel n’utilise pas de piège à pétard, d’ultra son, ou du gaz Ph3, il utilise uniquement le piège traditionnel, Putange, qui vient d’un village de Normandie. Il s’agit d’une sorte de tapette à souris que l’on doit installer dans les galeries souterraines creusées par les taupes.

Le taupier n’est pas là pour exterminer toutes les taupes, si elles sont au fond de votre jardin, il faut les laisser, mais si elles se reproduisent trop (car elles n’ont pas de prédateurs : rapaces, renards…) le taupier est appelé pour réguler la population.

Quel a été votre parcours ?

Fils d’agriculteur, j’ai commencé par une école d’agriculture, puis une école de commerce et enfin un 3ème cycle en marketing. Ce cursus m’a permis d’avoir une vue globale pour avoir des idées et gérer une entreprise.

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

L’avantage de ce métier est qu’il est rare, c’est une niche avec peu de concurrence.

D’autre part, je l’ai choisi pour le plaisir de la capture, la chasse et j’aime la nature.

Quelles sont les différents lieux d’interventions d’un Taupier ?

Jardin, parc de château, stade de football, golf, rond-point, entrée de ville, agriculteur bio, aérodrome, cimetière…

Quelles sont les difficultés du métier ?

La première difficulté est de se faire connaître au début, les gens ne connaissent pas le service de piégeage des taupes à domicile.

Ensuite, il faut aussi préciser que les genoux sont très sollicités. Enfin les périodes de sécheresses ralentissent l’activité.

Qu’est-ce que vous préférez dans votre métier ?

Découvrir chaque jour de beaux jardins de particuliers, des clients passionnés des arbres, des fleurs… qui aiment me faire découvrir leur passion, « leur Jardin ».

Le fait aussi de montrer le résultat de la capture, les gens me félicitent. Enfin, je me balade toujours avec mon fidèle compagnon qui m’accompagne tous les jours en clientèle, ma chienne « Happy ».

Vous êtes le taupier du Château de Versailles ?

Oui je suis le gardien des sols, mes clients me surnomme aussi « le taupier du Roi » je dois réguler les taupes sur les 850 Ha de pelouse, je capture 300 taupes par an.

Il y a toujours eu des taupiers à Versailles, c’était un poste prestigieux, sous Louis XIV, le taupier était le seul avec le fontainier, à avoir un logement sur place. Sans doute parce que le Roi-Soleil détestait les taupes et les appelait « le diable ». Cela fait presque 10 ans que je suis taupier au Château, dans le plus beau jardin du monde à mes yeux.

Quelles sont les qualités et compétences indispensables pour faire ce métier ?

Patience, rigueur des gestes, comprendre la taupe pour savoir la piéger, savoir-faire, observation.

Des conseils pour qui souhaiterait se lancer dans la profession ?

Pour les amateurs, plus de conseils sur la technique du piégeage écologique des taupes, j’ai écrit un livre Le piégeage traditionnel des taupes, aux éditions ULMER. Pour adopter la seule méthode qui marche réellement, simple et économique.

Pour les professionnels, futurs taupiers, je conseille le système de Franchise. En choisissant d'entrer dans le réseau TAUP'GREEN, vous devenez membre d'un concept de franchise qui a prouvé son attrait auprès de nos 5 000 clients.

Le Label « Taup'Green » vous apportera : - Sa notoriété : un site internet, une vitrine incontournable sur internet... - Son savoir-faire : formation par le célèbre taupier Jérôme Dormion. N'attrapez plus les taupes, mais toutes les taupes ! - Des solutions commerciales et marketing : Presse, salons, partenariats... - Une évolution de votre activité inégalée : par la puissance des échanges du réseau, les astuces entre tous les taupiers de France, de Belgique et de Suisse. - Un département, une région en exclusivité : devenez le seul taupier Taup'Green, près de chez vous. Pour en savoir plus : www.taupegreen.com / www.taupier.org

Jérôme Dormion, Taupier