GROUPE CREDIT DU NORDCAISSE D'EPARGNE HAUTS DE FRANCECREDIT AGRICOLEmonabanq.Kelly

Dossier : Les facteurs d’évolution des métiers

Les facteurs d’évolution des métiers

Comme le disait le philosophe, « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Cette citation, ô combien vraie dans de bien nombreux domaines, est-elle pour autant valable en ce qui concerne le monde du travail ? Toutes les professions se sont-elles transformées, afin de ne pas disparaître ? Il est vrai que de grandes évolutions ont eu lieu, bouleversant parfois totalement la manière d’exercer certains métiers ainsi que sa définition. Ces changements vont souvent de pair avec une révolution industrielle et les nouvelles techniques qui l’accompagnent.

Au seuil de cette troisième révolution industrielle, il est temps de se pencher sur l’origine de ces évolutions.

L’informatique et le numérique

Cette nouvelle révolution industrielle est accompagnée par la transition numérique à travers laquelle toutes les entreprises seront à terme confrontées. Ce projet, à l'origine une volonté gouvernementale, vise à aider les entreprises de toutes tailles à appréhender l’utilisation d’outils numériques et à intégrer celles-ci à leur fonctionnement.

Ce développement massif de l’informatisation des entreprises ne touche pas uniquement le domaine des services, du commerce ou de la communication. Dans le milieu de l’industrie, de plus en plus d’actes et de procédés se font de manière totalement automatisée. Et la filière agricole n’est pas en reste puisque de plus en plus de logiciels et d’applications voient le jour pour aider les agriculteurs à gérer leur domaine de la manière la plus efficace – et responsable – possible.

On ne recense plus les start-up – jeunes entreprises innovantes, dont la mission est d’apporter à d’autres sociétés des outils à la pointe de la technologie pour leur faciliter certains processus, comme le recrutement par exemple. La société L4M a d'ailleurs mis en place un logiciel d’aide à la gestion des candidatures à un emploi, AcceleRH.

La législation

De nombreuses études sont menées tous les ans par des organismes publics, comme l’Insee, ou privés qui ont pour but de rendre compte de manière statistique d’une question sociale, économique ou politique. Parfois, le gouvernement est à l’origine de cette enquête. Son résultat peut influencer un secteur professionnel par le biais de nouvelles recommandations officielles.

Ces études peuvent aussi être d’origine scientifique. Si un risque pour la santé de l’Homme a été prouvé, toute une série de mesures pourront être prises pour mettre les entreprises et bâtiments publics aux nouvelles normes en vigueur. On peut par exemple citer le cas de l’amiante. Lorsque les risques en matière de santé de ce matériau ont été prouvés, l’État a pris des mesures pour l’ôter de nombreux endroits où il se trouvait et empêcher son utilisation ultérieure. Par ces mesures, un nouveau type de métier est apparu : celui de désamianteur. Il s’agit d’un professionnel dont la mission est de débarrasser une habitation ou un bâtiment de toute trace de ce matériau.


L’écologie

De la même manière que pour les découvertes scientifiques, les préoccupations de nature environnementale se font elles aussi de plus en plus présentes dans les débats d’aujourd’hui. La réduction des dépenses et de la consommation d’énergie est le mot d’ordre dans les entreprises, à tel point que certains départements dédiés à cette question ont été créés dans certaines d’entre elles. Les nouveaux bâtiments construits ont désormais une empreinte carbone limitée, les employés sont sensibilisés à des gestes à effectuer pour éviter une trop grande dépense énergétique…

L’importance de cette thématique aujourd’hui est telle que de nouvelles professions se sont créées. Ingénieurs spécialisés dans les énergies vertes, consultants, artisans ou ouvriers, ils œuvrent pour modifier les habitudes de consommation de manière générale.

Au fil du temps, des professions disparaissent. D’autres quant à elles ont réussi à aborder les principaux tournant industriels et technologiques en modifiant leur essence. Enfin, de nouveaux métiers ont émergé à la suite des nouvelles préoccupations, notamment de nature environnementale.