Annuler

Métier : Chauffeur·euse routier·ière

Devenir Chauffeur·euse routier·ière (formation, salaire...)

13 juin

Les chauffeur·euse·s routier·ière·s transportent tous types de marchandises (denrées alimentaires, animaux, produits inflammables, objets divers,...) sur une courte ou longue distance.

Chauffeur·euse routier·ière

Définition générale :

Les chauffeur·euse·s routier·ière·s transportent tous types de marchandises (denrées alimentaires, animaux, produits inflammables, objets divers,...) sur une courte ou longue distance (certaines livraisons sont internationales), au volant d'un poids lourd s'échelonnant entre 3,5 et 44 tonnes pour les véhicules avec remorque.

Compétences :

- Être en pleine santé : aussi bien d'un point de vue physique que mental,
- Audition correcte et absence d'antécédents cardiaques,
- Capacité d'attention, bons réflexes et bon équilibre nerveux,
- Savoir travailler de façon autonome, même si sur les longs trajets le travail en duo est privilégié,
- Conduite irréprochable.

Activités :

En amont, le·a chauffeur·euse routier·ière doit prévoir son itinéraire et ses frais d'essence. Il ou elle peut également participer au chargement de la marchandise, présupposant le bâchage et le débâchage qui peuvent s'avérer pénibles. Entretien du camion, connaissances en mécaniques. En aval, les fonctions commerciales et administratives prennent une place de plus en plus importante. Il faut tout particulièrement prendre soin des bordereaux de livraisons et autres papiers réglementaires, les douanes surveillant toutes tentatives de fraudes.

Qualités :

- Sens des responsabilités et surtout de la ponctualité,
- Savoir prendre des risques,
- Respect des délais,
- Bonne résistance au stress.

Formation :

Il en existe trois :

- le certificat d'aptitude professionnel (CAP) conducteur routier marchandises,
- le brevet d'aptitude professionnelle (BEP) conduite et services dans le transport routier,
- le bac pro exploitation des transports destinés aux titulaires du CAP.

Le conducteur de poids lourds doit être titulaire du permis C ou E.

Environnement :

Le·a chauffeur·euse routier·ière travaille de jour comme de nuit avec des horaires très irréguliers et parfois de longs déplacements. L'exercice de cette profession est parfois difficile, notamment lorsque les conditions météorologiques sont mauvaises. De plus, elle s'inscrit dans un environnement technologique en pleine évolution (repérage par satellite, informatique embarqué,...).

Salaire :

Les salaires de base oscillent entre 1 700 et 2 200 € brut par mois, primes comprises.

Chauffeur·euse routier·ière