Vous recherchez...

Dossier : La lutte contre la pollution

La lutte contre la pollution
L'activité humaine, qu'elle soit industrielle, urbaine ou agricole, produit une grande quantité de substances de toutes natures qui sont à l'origine de différents types de pollutions.
Néanmoins, ces vingt dernières années, une véritable prise de conscience collective des enjeux écologiques s'est opérée. De ce fait, les métiers de l'environnement et plus particulièrement ceux de la lutte contre la pollution connaissent un véritable essor et proposent des emplois aussi nombreux que variés.

Les eaux usées

Souvent perçus comme peu valorisants, les métiers liés à la gestion des eaux usées représentent pourtant 40 % des embauches du secteur en France soit près de 140 000 postes. La France est notamment équipée de très nombreuses stations de traitement des eaux qui emploient chacune plusieurs équipes de techniciens placés sous la responsabilité d'un responsable de site .

La qualité des eaux est un défi permanent qui mobilise quotidiennement de nombreux techniciens qui s'efforcent de dépolluer les eaux avant qu'elles ne retournent dans le milieu naturel. En effet, même si l'on n'y pense pas systématiquement, nombreuses sont les actions qui polluent l'eau qui sort de notre robinet : la vaisselle, une douche, un bain…

L'air

Même si elle constitue une véritable atteinte à notre qualité de vie et à notre santé, la pollution atmosphérique est également très néfaste pour notre environnement (pluies acides, trou de la couche d'ozone, pollution photochimique, réchauffement climatique...). La surveillance de la qualité de l'air est donc une priorité, surtout depuis qu'elle devenue obligatoire suite à la promulgation de la loi Laure en 1996.

L'information sur la qualité de l'air est désormais quotidienne. En effet, aux différents points de surveillance notamment dans les grandes agglomérations, des techniciens en qualité de l'air mesurent la pollution et gèrent les appareils d'enregistrements des données atmosphériques. La synthèse des résultats peut notamment déclencher une alerte des pouvoirs publics si les taux de pollution dépassent les normes de sécurité préétablies.

Les sols

Conséquence de la réglementation, de la croissance urbaine et de la remise en service d'anciens terrains industriels, les chantiers de réhabilitation des sites et des sols pollués se multiplient. En effet, quand un site a été pollué par une activité industrielle (déchets enfouis ou liquides déversés par exemple), il est indispensable de le dépolluer avant de pouvoir le céder.

Le secteur de la dépollution des sites et sols pollués est notamment caractérisé par une grande diversité d'environnements de travail, d'activités et de techniques. De ce fait, de nombreux corps de métiers sont amenés à collaborer sur le chantier afin de réaliser toutes sortes d'opérations liées à la réhabilitation du site (excavation de terre, lavage de sols ou encore dépollution biologique).

Ainsi, les techniciens et les ingénieurs travaillent sous la responsabilité d'un chef de projet sites et sols pollués. Ensemble, ils effectuent des prélèvements sur des sites industriels ayant potentiellement entraîné une contamination des sols et des eaux souterraines par leurs activités. Grâce à la mise en place de solutions sur mesure, les installations sont démantelées et les nappes sont dépolluées. Les terrains sont à nouveau habilités à accueillir de nouvelles activités, urbaines ou industrielles.

Les déchets

Passage obligatoire de la lutte contre la pollution, le traitement des déchets est un secteur en pleine croissance qui embauche à l'heure actuelle plus de 112 000 personnes. Proposant une large palette de métiers, le traitement des déchets s'articule autour de 5 étapes successives : la collecte, le transport, le tri, le traitement et enfin le stockage.

Pour la plupart, ces métiers sont accessibles à toutes et à tous dans la mesure où 80 % des postes nécessitent peu de diplômes (un CAP ou un BEP suffisent). Les emplois de niveau BTS et au-delà commencent toutefois à se développer comme en témoigne la création croissante de postes d'agents de maîtrise et de techniciens qualifiés.

De la même manière, avec le développement des politiques de valorisation des déchets, de nouveaux métiers ont été créés. Ils viennent compléter les demandes spécifiques d'un marché en pleine mutation. Ainsi, les collectivités territoriales et les entreprises peuvent désormais faire appel à un rudologue , spécialiste chargé d'analyser la pollution et les nuisances générées par les déchets afin de mettre en place une ou plusieurs solutions de traitement.

De manière générale, les problèmes de pollution sont devenus récurrents. Les entreprises sont donc de plus en plus nombreuses à prendre elles-mêmes l'initiative de produire « propre », dans un premier temps pour soigner leur image mais également pour anticiper les réglementations qui sont de plus en plus contraignantes. Ainsi, des spécialistes comme les ingénieurs écologues ou les techniciens de mesures et analyses peuvent éventuellement être recrutés pour mettre en place des systèmes visant à réduire les pollutions.