Vous recherchez...

Dossier : L'export des savoir-faire français

L'export des savoir-faire français

Exporter des savoir-faire et contribuer au rayonnement de la France au niveau international, un objectif qui peut être atteint par différentes méthodes. Notre pays et particulièrement son artisanat, profitent d'un réel facteur de différenciation sur les marchés internationaux. La qualité de nos produits et de nos services permet de véhiculer à travers le monde, un imaginaire de tradition et d'excellence.

Selon une étude réalisée par l'Institut Supérieur des Métiers (ISM), 30 % des exportateurs français sont des entreprises artisanales. 20 % d'entre elles exportent vers l'Amérique du Nord, et 20 % vers l'Asie. Enfin, dans deux tiers des cas, c'est avant tout la notoriété des savoir-faire qui pousse le client étranger à passer commande. L'industrie française du luxe tient également une belle place, puisqu'elle est première sur le marché. Avec une croissance moyenne de 4 à 6 % annuels, 2015 devrait se montrer plus faste encore pour le Japon où l'on peut s'attendre à une croissance de +9 à 11 %, +8 % au Moyen Orient, +7 % en Asie pacifique, et +6 % aux États-Unis. L'export peut également se faire en Europe, chez nos voisins belges, anglais, allemands ou scandinaves. Pour se lancer dans l'exportation de ces savoir-faire, plusieurs pistes sont possibles...

Partir ouvrir sa boîte à l'étranger. Que ce soit en Amérique ou en Asie, bon nombre de boutiques françaises ouvrent leurs portes pour accueillir le succès. Les métiers de bouche (boulangerie, pâtisserie, chocolaterie, restauration gastronomique, vins...) ou de la mode (joaillerie, maroquinerie, textile...) sont ceux que l'on rencontre le plus fréquemment. Dans le classement des pays où il est le plus facile de faire des affaires*, on retrouve parmi les 15 premières places : Singapour, la Nouvelle-Zélande, la Chine, la Norvège, les États-Unis, l'Angleterre, la Finlande, la Suède ou encore l'Allemagne. Avant toute chose, il est bien sûr nécessaire de bien connaître le pays dans lequel vous souhaitez vous établir. Pour cela, avez-vous pensé au VIE ? Le Volontariat International en Entreprise vous permet de vous envoler vers la destination de votre choix et d'y travailler. Profitez-en pour réaliser une étude de marché et réaliser si vous le souhaitez, des partenariats avec des locaux.

 Le Made In France. Produire dans l'Hexagone a un coût. Et cela se reporte inévitablement sur le prix du produit fini. Mais les clients étrangers ne semblent pas forcément réticents à dépenser plus. En contrepartie, ils acquièrent le gage de la qualité et la renommée des produits français. La French Touch. Devenue un véritable argument marketing, elle permet d'exporter à l'étranger de nombreux produits textiles (chemises, chaussettes, lingerie...) mais également de la maroquinerie, des instruments de musique ou encore des œuvres d'art. Les produits français ont la faveur des clients internationaux, car ils revêtent un caractère d'exception. À vous de trouver LE produit qui fera la différence et qui vous permettra de développer une activité basée sur l'export à l'international.

 Travailler dans les transports ou le commerce international. L'export peut passer par voie terrestre, maritime ou aérienne. Les métiers liés aux transports de marchandises sont accessibles à tous et proposent des formations à partir du Bac. Un sens de l'organisation est indispensable pour exercer ces métiers où il faut s'assurer du bon cheminement des produits depuis leur lieu d'expédition jusqu'à leur destinataire. Le secteur est dynamique et diversifié. Ces métiers sont sujets à des évolutions en fonction de l'environnement international (liens entre les pays, cultures, pratiques commerciales particulières) et d'un cadre législatif non figé (réglementations, normes, lois et procédures). Enfin, si vous souhaitez faire des études plus longues (Bac +3/4/5), vous pouvez vous tourner vers le commerce international. Communication, finance, marketing, plusieurs branches offrent des formations de spécialisation orientées vers l'international voire plus précisément vers l'export.

 

*Classement établi par la Banque Mondiale http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/IC.BUS.EASE.XQ?order=wbapi_data_value_2014+wbapi_data_value+wbapi_data_value-last&sort=asc