Vous recherchez...

Dossier : L'écotourisme, le secteur du tourisme en mutation

L'écotourisme, le secteur du tourisme en mutation
Le tourisme est en grande croissance depuis une trentaine d'années, seulement cette industrie n'est pas sans danger. Consommatrice d'énergie, émettrice de gaz à effet de serre et parfois même provocatrice de troubles sociétaux. Nous devons donc l'orienter vers un nouveau modèle plus respectueux et protecteur de l'environnement. Ce modèle, c'est l'écotourisme.

L'éco quoi ?

La société internationale de l'écotourisme le définit comme « une forme de voyage responsable dans les espaces naturels qui contribue à la protection de l'environnement et au bien-être des populations locales ». Il s'identifie par son aspect militant, se veut responsable vis-à-vis de l'environnement naturel et culturel et doit contribuer à l'économie locale. En somme, c'est la participation au développement local qui le différencie.

Travailler dans l'écotourisme

En France, on ne compte pour l'instant que 2 % de l'offre touristique convertie en écotourisme. Les emplois se développent lentement car notre pays manque encore de sensibilisation face aux problématiques environnementales. Les emplois se trouvent pour le moment principalement dans les collectivités locales et dans les associations qui souhaitent créer des produits éco touristiques.

Parmi les métiers qui émergeront, citons le spécialiste en écotourisme. Cette personne travaille pour une agence qui conçoit des voyages ou des séjours « responsables » et peut aussi être responsable de l'aménagement écotouristique pour une collectivité locale. Également l'animateur en écotourisme, dont la mission est de sensibiliser les touristes randonneurs à la protection et au respect de l'environnement local. Il peut exercer son métier pour des voyagistes spécialisés en tourisme d'aventure ou écotourisme, les centres de plein air, parcs naturels régionaux ou nationaux. En bref, les postes à pourvoir seront des métiers classiques du tourisme détournés au service de l'écologie.

Se former à l'écotourisme

Un seul mot d'ordre : avoir déjà eu une formation touristique avant de se centrer sur l'écotourisme. Ensuite avoir une expérience dans le domaine, effectuée au sein d'associations de protection de la nature ou avoir fait un stage dans des ONG de développement international par exemple.

Plus original, pensez au wwoofing (World Wide Opportunities in Organic Farming) pour découvrir le milieu. Le principe est très simple : un agriculteur bio vous loge et vous nourrit, et en échange, vous travaillez quelques heures par jour sur son exploitation. Soins aux animaux, traite des vaches, jardinage et désherbage, bricolage, coupe de bois, fabrication des fromages, des confitures, préparation des repas... La transmission du savoir-faire est la vocation principale de cette expérience.

Concernant les formations universitaires, il n'en existe à ce jour qu'une seule liée à l'écotourisme, une licence pro concepteur et accompagnateur en écotourisme dispensée à l'université d'Angers.