Vous recherchez...

Dossier : Que faire après le Bac?

Que faire après le Bac?

La multiplication des formations et cursus offre tant de possibilités

De nombreux panneaux, une seule direction

Si certains n'ont aucun mal à connaître le parcours scolaire et professionnel qu'ils devront suivre pour arriver à leurs fins, d'autres en revanche sont beaucoup plus indécis.Ce dossier met en avant les différents diplômes accessibles après le Bac, mais aussi le parcours suivi par la majorité des élèves. Il faut savoir que s'il est toujours possible de se réorienter même si le fait de mener une suite logique dans la poursuite de ses études est toujours préférable.

Les différents diplômes :

DUT (Diplôme Universitaire Technologique) en 2 ans
BTS (Brevet de Technicien Supérieur) en 2 ans
IUP (Institut Universitaire Professionnel) en 1 ou 2 ans
Licence professionnelle en 1 an
Maîtrise en 4 ans
DESS (Diplôme Etudes Supérieures Spécialisées) en 1 ans
CPGE (Classes Préparatoire aux Grandes Ecoles) en 2 ou 3 ans
Formation d'ingénieur en 5 ans dont 2/3 ans de classes préparatoires


Le DUT et le BTS : (Diplôme Universitaire Technologique) et (Brevet de Technicien Supérieur)

Ces formations permettent d'obtenir un diplôme professionnalisé en 2 ans.
Ils peuvent être réalisés soit en formation continue, soit en alternance (temps partagé entre la vie scolaire et l'activité en entreprise).
Il existe 90 options pour le BTS et 25 pour le DUT, ce qui offre un large éventail de professions. Chaque formation est accompagnée d'un ou plusieurs stages en entreprise pour permettre une entrée plus efficace dans la vie active.
Après le BTS et le DUT, la majorité des élèves entre dans la vie professionnelle, cependant pour ceux qui étoffer un peu plus leur formation, il existe de multiples solutions. Les élèves peuvent en effet poursuivre par une troisième année de spécialisation, par un IUP, par un DEUG, par une licence professionnelle voire par une école d'ingénieur. L'IUP accepte une entrée directement en deuxième année s'il y a corrélation entre les spécialités.


Le DESS : (Diplôme d'Etude Supérieur Spécialisé)

Ce diplôme a directement une finalité professionnelle, il valide 5 ans de formation spécialisée. Il a été créé dans le but d'harmoniser les formations dans le cadre européen (bac+3) et (bac+5).
Le DESS est principalement destiné aux étudiants issus d'une maîtrise et désirant poursuivre par une année de préparation à la vie active.

L'inscription ne se fait pas sur concours, cependant il est nécessaire pour chaque étudiant de s'inscrire dans plusieurs établissements, car les places sont recherchées et manquent par rapport au nombre de candidats.
Le DESS est l'ultime étape avant la vie active, le lien fort qu'il possède avec les professionnels permet l'intégration directe d'une partie des étudiants.


L'IUP : (Institut Universitaire Professionnel)

Créé dans le but de répondre aux besoins spécifiques des PME, l'IUP prépare en 3 ans les cadres destinés à occuper des postes de qualification intermédiaire entre le technicien supérieur et l'ingénieur généraliste.
L'IUP est voué aux secteurs secondaire et tertiaire, avec respectivement 196 et 166 options.

On peut intégrer un IUP de différentes manières. Soit directement après le bac, soit une fois diplômé d'un bac +2 (BTS, DEUG, DUT), l'élève peut alors entrer directement en deuxième année s'il y a correspondance des options voire enfin par une validation d'acquis professionnels obtenus dans le cadre de la formation continue.

Un des avantages majeurs de l'IUP, est de valider les 3 années par un DEUG, une licence et une maîtrise.

Au terme de la formation, l'étudiant peut entrer directement dans la vie active ou poursuivre ses études en DRT (Diplôme de Recherche Technologique) ou encore en DESS.


La licence professionnelle :

Elle est née du désir commun des universités, des établissements de formation et des entreprises, dans le but de répondre aux besoins de certains métiers clairement identifiés.
Aujourd'hui la licence professionnelle intervient dans tous les secteurs d'activités et sur plus de 600 corps de métiers.
Le diplôme est homologué au niveau bac +3, ce qui lui permet d'être en accord avec la législation européenne qui prévoit de recentrer les études supérieures sur deux niveaux (bac +3) et (bac +5).

La licence professionnelle s'effectue en un an et est accessible à partir d'un bac +2 (DEUG, BTS, DUT). Elle est également disponible aux personnes en situation d'activité professionnelle, dans le but de développer leurs carrières.

Cette formation a été conçue de manière à ce que les étudiants puissent entrer directement dans la vie active.


Les CPGE : Classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Elles préparent, en 2 ou 3 ans, aux différents concours d'entrée des grandes écoles et des écoles d'ingénieurs. Elles doivent apporter aux candidats une solide culture générale et les connaissances fondamentales de la spécialité.
Ces classes, situées dans les lycées, dispensent des formations d'un niveau défini. Ainsi les élèves issus des classes préparatoires peuvent valider leurs acquis par un diplôme de premier cycle (bac+2).

Les CPGE existent pour un nombre de filière restreint et réparti en seulement quelques classes (économique et commerciale, littéraire ou scientifique).
Attention, l'admission en classe préparatoire requiert un bon dossier scolaire et un niveau suffisant à l'issu des épreuves de première et terminale.


La formation d'ingénieur :

Elle est validée par l'obtention d'un diplôme de niveau bac +5, elle est accessible par la voie étudiante à tous les stades (bac, bac +1, bac +2, bac +3, bac +4) ou par la voix professionnelle.

Il existe 4 formes différentes de formation d'ingénieur :

La formation continue est conçue en deux parties. La première est adressée aux personnes ayant au moins deux ans d'expérience professionnelle, il s'agit d'une remise à niveau de 6 à 18 mois suivant le niveau de départ.
La seconde est adressée aux personnes titulaires d'un bac +2 ayant une expérience professionnelle d'au moins trois ans ou aux personnes issues du cycle préparatoire, elle est d'une durée de 12 à 18 mois.

La formation partenariale est effectué en alternance, elle est destinée aux titulaires d'un bac +2 ou d'un bac +3 qui possèdent déjà une expérience professionnelle d'au moins 3 ans.

La formation promotionnelle est destinée aux personnes salariées, elle est dispensée par le Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) sous forme de cours du soir, ou par le Centre d'Etude Supérieur Industriel (CESI) sous forme d'une formation en deux ans.

La formation de spécialisation est destinée aux ingénieurs qui souhaitent acquérir une double compétence.


Que faire après un Bac S ?

Le bac S est certainement celui qui laisse le plus le choix quant à la poursuite d'études. En effet on retrouve des bacheliers S présents dans toutes les filières universitaires, même si le domaine des sciences reste le plus privilégié. Les élèves issus de la filière S privilégient en générale les études longues (3 ans et plus). Deux étudiants sur trois passent aujourd'hui le cap du DEUG et poursuivent ensuite par une licence et une maîtrise. Ceux qui recherchent une filière plus professionnalisée opteront pour un DEUST, un BTS ou un DUT.Attention, les universités s'inscrivent de plus en plus dans un schéma européen, en favorisant les bac +3 et les bac +5.


Que faire après un Bac SMS ?

A la sortie du bac SMS, plusieurs choix s'offrent aux candidats. Tout d'abord, il peut passer des concours d'entrée en école ou en institut paramédical ou social.
Attention, ces concours sont d'un niveau souvent élevé et nécessitent parfois une année de préparation. On compte en général plusieurs dizaines de candidats par poste disponible.
Il faut donc être très motivé et se donner tous les moyens pour réussir.
D'une manière générale la filière paramédicale nécessite des bases très solides dans les matières scientifiques, tandis qu'une carrière sociale nécessite beaucoup plus d'expérience (stage, travail saisonnier, être titulaire du BAFA…).

Les BTS et les DUT sont souvent oubliés des bacheliers, alors que certaines formations peuvent être tout à fait adaptées.

Reste néanmoins le BTS économie sociale et familiale qui, dans la suite du bac, offre des débouchés en tant que formateur, conseiller social…
Le BTS assistant de direction, qui élargit les possibilités d'emploi en entreprise est basé sur les connaissances fondamentales en administration, en droit et en gestion.

Le DUT carrières sociales est divisé en quatre options : animation sociale et socioculturelle, assistance sociale, éducation spécialisée et gestion urbaine. La poursuite d'études est souvent privilégiée à l'issu de ce DUT. Elle vise alors souvent à obtenir le diplôme d'éducateur spécialisé ou d'assistant social…


Que faire après un Bac ES ?

Les possibilités restent nombreuses à la sortie d'un Bac ES. En effet les étudiants sont partagés entre l'université (pour 75 % d'entre eux), les études courtes du type BTS et DUT, les écoles spécialisées ou les classes préparatoires.

L'université reste donc le premier débouché des bacheliers ES, qui choisissent parmi les 33 options que le DEUG leur propose, notamment le très plébiscité AES (Administration Economie Sociale). Ceux qui recherchent une filière plus proféssionnalisée opteront pour un DEUST (Diplôme Etudes Universitaires Scientifiques et Techniques).
La poursuite d'étude en Bac +3 et Bac +5 reste encore la solution privilégiée. Les étudiants affineront alors leurs connaissances par une licence professionnelle, une maîtrise, un IUP…

Les BTS et les DUT les plus appréciés des étudiants issus de la filière ES sont les DUT : Techniques de commercialisation, Gestion des Entreprises et des Administrations (GEA), Gestion Administrative et commerciale (GACO), gestion logistique et transport…Une poursuite d'étude plus longue peut être envisagée, cependant les candidats seront alors en concurrence avec les élèves issus des cursus plus appropriés (voir université…).

Pour ceux qui auraient déjà choisi le métier qu'il voudrait exercer, l'école spécialisée peut leur fournir en quatre ou cinq ans des connaissances précises et spécifiques à une activité.
Cependant certaines formations ne sont accessibles qu'à Bac +2, ils devront alors se limiter à deux années plus globales.

Les CPGE : (Classes Préparatoire aux Grandes Ecoles).
L'entrée y est très sélective. Elle nécessite une méthodologie irréprochable et un travail intensif. Les CPGE ouvrent l'accès en grandes écoles de commerce ou en lettres et sciences sociales.


Que faire après un Bac L ?

L'université accueille une grande partie des étudiants issus de la filière L, les catégories privilégiées sont lettres et langues. Les étudiants y préparent un DEUG ou un bi-DEUG (deux options) en deux ans. Ceux qui recherchent une filière plus professionnalisée opteront pour un DEUST. L'université dirige davantage les élèves vers des études longues (bac +3 et plus), l'orientation se précisera donc en second cycle avec une maîtrise, une licence professionnelle, un IUP…

Le BTS et le DEUG ne correspondent pas aux attentes des bacheliers L, aussi sont-ils très peu nombreux à s'y orienter. Retenons cependant les DUT information-communication, carrières juridiques, gestion des entreprises et les BTS assistant secrétaire trilingue, assurance, commerce international, communication des entreprises, édition, vente et production touristique…

Pour ceux qui ont un projet précis l'école spécialisée peut être le meilleur moyen d'arriver à leurs fins. Le recrutement s'y fait en général sur concours, cependant la plupart d'entre elles sont accessibles uniquement avec un Bac +2. Il faudra donc continuer pendant deux ans dans une filière plus générale… Il est possible de retenir cependant les Instituts d'Etudes Politiques (IEP), les écoles spécialisées du secteur social et paramédical, les écoles d'arts…

Peu nombreux sont ceux qui se lancent vers les grandes écoles. S'il est vrai que peu d'options correspondent à la filière L, la réorientation suite à une CPGE est possible.
Notons toutefois les prepa. Lettres, lettres et sciences humaines, économie…


Que faire après un Bac STT ?

Le BTS et le DUT sont certainement les filières les plus adaptées pour un bachelier STT.

Après la spécialité action et communication commerciales, les BTS les plus courus sont :
Communication des entreprises, négociations et relations client, les DUT gestion des entreprises et des administrations, techniques de commercialisation.

Après la spécialité action communication administrative :
BTS assistant de direction, assistant de gestion, assistant secrétaire trilingue, communication des entreprises, et les DUT gestion administrative, carrières juridiques, gestion des entreprises, informatique de gestion.

Après la spécialité comptabilité gestion :
les BTS les plus suivis sont comptabilité et gestions des organisations, les DUT gestion des entreprises et des organisations.

Après la spécialité informatique et gestion, les plus adaptés sont:
le BTS informatique et gestion, comptabilité et gestion des organisations et le DUT gestion des entreprises et des administrations.

L'université n'est généralement pas la voie la plus adaptée aux bacheliers STT, cependant un certain nombre de formations peut convenir comme le DEUG de droit, le DEUG AES (administration économique et sociale.), le DEUG économie-gestion et le DEUG sciences humaines et sociales.

Les écoles spécialisées correspondent mieux à ceux qui ont un projet professionnel très précis. Un nombre important de spécialités peut correspondre aux élèves sortis de STT, notamment : les instituts de force de vente, les écoles de commerce.


Que faire après un Bac STAE :

Avec deux options TA (Technologie de l'Aménagement) et TV (Technologie Végétale), les élèvent issus du Bac STAE sont initiés à l'agronomie, à la protection de la nature, la biologie végétale et animale…

Le BTSA leur est tout à fait destiné, ils y trouveront une douzaine d'options les préparant à la vie active. Les BTSA sont effectués en écoles agricoles privées ou publics. Les admissions s'y font sur dossier. On trouve des BTSA : Aménagements paysagers, analyse et conduite des systèmes d'exploitation, gestion forestière, gestion et maîtrise de l'eau, gestion et protection de la nature, génie des équipements agricoles, productions animales, productions aquacoles, productions horticoles, technologies végétales, service en espace rurale, viticulture-œnologie, technico-commercial.

Après le BTSA, une année de spécialisation leur est proposée afin d'améliorer leurs conditions d'entrée sur le marché du travail.Certains poursuivront par une formation d'ingénieur agricole…. les voies sont multiples.


Que faire après un Bac STI ?

Du fait de la spécificité du Bac STI, les possibilités qui s'offrent aux étudiants sont moins nombreuses.
La plupart d'eux poursuivent en BTS ou en DUT dans une des options correspondant à la spécialité de leur bac.

Après les spécialités génie civil et génie énergétique : BTS aménagement-finition, charpente couverture, domotique…

Après la spécialité génie mécanique : BTS production mécanique, automatisme, conception et réalisation de carrosserie…

Après les spécialités génie électronique : BTS électronique, électrotechnique, audiovisuel, réseaux de télécommunication…

Après la spécialité génie optique : Les BTS opticien-lunetier et génie optique…

Après la spécialité arts appliqués : BTS Design de l'espace, art céramique, communication visuelle, design de mode, matériaux de surface…

Une école spécialisée peut être choisie après un Bac STI notamment en ce qui concerne les métiers d'arts, le visuel, le stylisme, le design, l'infographie…

Prépa et écoles d'ingénieur : Il existe des classes préparatoires et des écoles d'ingénieurs spécialement conçues pour recevoir les élèves issus d'un Bac STI. Les prépas TSI (Technologie et Sciences Industrielles) par exemple ont été créées pour les élèves issus des spécialités industrielles.

L'université : Elle n'accueille que peu de bacheliers STI, en effet peu de formations leur sont adaptées. On retiendra cependant un DEUG option STPI (Science et Technologie Pour l'Ingénieur). Cependant ceux qui auront choisi la filière universitaire pourront poursuivre en IUP (Génie civil, informatique, génie électrique…), en licence, puis en maîtrise…


Après un Bac STL :

La plupart des élèves issus de Bac STL se dirigent vers un BTS ou un DUT, cependant ceux qui le désirent pourront se diriger vers une carrière paramédicale.

Après la spécialité physique de laboratoire et de procédés industriels, les formations les plus adaptées sont:
le BTS technique physique pour l'industrie et le laboratoire, le BTS traitement des eaux, sans oublier le DUT mesures physiques, le DUT métrologie contrôle qualité.

Après la spécialité chimie de laboratoire et de procédés industriels:
le BTS et le DUT chimiste sont les plus adaptés, éventuellement le DUT science et génie des matériaux.

Après la spécialité biochimie et génie biologique:
l'élève peut préparer le BTS analyses biologiques, le BTS biochimiste, le BTS biotechnologie ou encore les BTSA industries agroalimentaires ou analyses agricoles.

La formation paramédicale nécessite un bon niveau dans les matières scientifiques.
Attention, il faut savoir que l'entrée aux écoles paramédicales est très sélective. De plus les étudiants se retrouvent en concurrence des bacheliers S, et des étudiants ayant échoués à l'entrée en médecine.


C.S.