Vous recherchez...

Dossier : Que faire sans le BAC

Que faire sans le BAC
Les résultats viennent de tomber et vous faites, malheureusement, parti des ajournés ? C’est une chose difficile à accepter mais vous devez relativiser : ne pas avoir son BAC n’est pas immédiatement synonyme d’échec professionnel total. Bien au contraire, de nombreuses possibilités s’offrent également à vous en ce moment où il ne tient qu’à vous de relever la tête pour aller de l’avant. L4M vous dresse un bilan des différentes voies que vous pouvez emprunter si vous avez échoué aux épreuves du Baccalauréat.

La première solution est toute simple : pourquoi ne pas repasser votre Bac en redoublant ? 9 étudiants sur 10 obtiennent leur diplôme après ce deuxième passage alors si vous souhaitez entreprendre une voie professionnelle qui oblige l’obtention du fameux diplôme, une année de rattrapage n’est rien dans une vie. Pour cela, vous pouvez retourner en terminale ou alors choisir de repasser les épreuves en candidat libre. Mais cette solution demande un gros effort de travail de votre part alors que vous vous retrouvez autonome et devant réviser par vos propres moyens (cours par correspondance, sur Internet, livres et autres). Apprenez de vos erreurs : ciblez les matières qui vous ont fait échouer pour les travailler en priorité pour ce deuxième passage. Comblez vos lacunes et vous aurez les meilleures chances de sortir vainqueur cette seconde fois.

Une autre possibilité est de travailler dans la fonction publique en intégrant la police nationale par exemple. Après une formation d’un an, vous pouvez passer le concours interne de gardien de la paix et mettre toutes les chances de votre côté. L’armée est également une solution très prisée par les non-bacheliers, offrant un panel important d’offres de tous niveaux d’études. Vous pouvez devenir matelot pour la marine, volontaire pour l’armée de terre, militaire technicien de l’air pour l’armée de l’air ou même vous engager comme gendarme adjoint dans la gendarmerie sans le fameux diplôme.

Mais ne pas avoir son BAC n’est pas non plus synonyme de chômage et d’arrêt de la scolarité. Si vous souhaitez poursuivre des études supérieures, vous pouvez préparer le diplôme d’accès aux études universitaires qui se divisent en deux options (littéraire/juridique ou scientifique) et qui peut être préparé en un an. Cependant, cette option exige d’avoir au moins 24 ans alors vous devrez attendre encore un peu avant de pouvoir l’envisager. Cependant, d’autres formations comme des BTS, l’alternance ou des préparations de diplômes vous sont tout aussi accessibles comme certaines grandes écoles acceptant des non-bacheliers qui veulent suivre une formation professionnelle. Des domaines comme le tourisme ou l’hôtellerie-restauration sont très ouverts à ces formations. Les diplômes d’Etat sont également accessibles sans le BAC et vous permettront d’exercer des métiers enrichissants tels qu’ambulancier, aide-soignant ou assistant dentaire. De plus, si vous êtes plus intéressé par le droit, la capacité en droit permet de suivre des études supérieures juridiques : à distance ou à l’université, vous pourrez ensuite intégrer une licence ou préparer un DUT ou un BTS pour poursuivre vos études comme les autres. Autre possibilité intéressante pour les plus sportifs d’entre vous : préparer le brevet d’Etat d’éducateur sportif ou le brevet professionnel de la jeunesse, l’éducation populaire et du sport pour devenir animateur dans les structures sportives, sociales ou de loisirs !

De nombreux BTS peuvent être préparés en deux ans en formation en alternance tandis que certains centres de formation demandent une moyenne générale au BAC de 8 sur 20 pour accepter des élèves. Les CFA et les écoles des chambres de commerce et d’industrie, les écoles d’entreprises ou des associations vous ouvrent également grand leurs portes et dans ces établissements, vous pourrez préparer des certificats de qualification professionnelle, de compétence professionnelle ou des titres homologués au RNCP. Pôle Emploi oriente aussi des jeunes en mal de qualifications professionnelles vers des formations ou des stages diplômants. Vous pouvez également songer à intégrer un cursus qui a pour but de vous professionnaliser au sein d’un GRETA (Groupement d’établissements), sous tutelle de l’Éducation nationale, ou de l’AFPA (Association nationale pour la formation professionnelle des adultes).

Vous constaterez donc que ne pas avoir son BAC n’est pas forcément un échec et qu’au contraire, de nombreuses possibilités s’offrent encore à vous, quel que soit le domaine que vous visez. Que vous souhaitiez le repasser ou au contraire, aller vers d’autres horizons, il ne tient qu’à vous de bien définir votre projet professionnel et de mettre toutes les chances de votre côté pour réussir votre carrière sans le célèbre diplôme.