Vous recherchez...

     

Dossier : Les Métiers de la politique

Les Métiers de la politique

Les Métiers de la politique

Les acteurs de la politique sont avant tout des hommes et des femmes engagés et passionnés. La plupart d'entre eux choisissent cette voie par désir de se rendre utile ou plus simplement par envie de s'impliquer dans un parti. Pour d'autres, c'est le hasard des opportunités qui les conduit à la haute fonction publique. Mais peut-on réellement considérer que la politique est un métier ?

Devenir homme politique

Pour se faire une niche dans la politique, rien de telle qu'une formation, sinon prestigieuse, tout du moins réputée. Un cursus en sciences politiques semble donc être le minimum. Et pour ceux qui auront la chance de passer la barrière du concours, rien de tel que l'ENA (Ecole Nationale d'Administration) pour se faire une place. Mais sachez que même au sein de cette dernière, les jeunes énarques sont de moins en moins attirés par la politique. Ils lui préfèrent en effet les grands postes de l'industrie publique ou privée qui offrent des perspectives de carrières plus sûres, mieux rémunérées et souvent plus captivantes.

Mais si vous ne jurez que par la politique, des postes variés sont susceptibles de s'offrir à vous. Mais attention, gardez en tête que le « recrutement » ne se fait pas de la manière traditionnelle : la plupart du temps vous devez vous faire élire ! Ce n'est donc pas votre CV qui fera la différence mais plutôt votre art de convaincre.

Que vous souhaitiez travailler dans une préfecture ou un cabinet ministériel, il va de soi qu'on ne vous confiera pas les tâches les plus prestigieuses dès votre arrivée. Il vous faudra faire vos preuves et gravir un à un les échelons qui vous conduiront aux fonctions suprêmes. Au mieux, vous ne débuterez qu'en tant que secrétaire général avant d'être nommé plus tard directeur de cabinet, au terme de plusieurs années d'expérience. La suite de votre parcours ne dépendra alors que de votre volonté et des contacts précieux que vous aurez su nouer.

Pour ce qui est des fonctions de député ou de sénateur, c'est une autre histoire. Ces postes s'occupent directement, mais après élection. Autant dire que si vous avez le bon profil mais que vos talents d'orateur sont minces, rien n'est gagné d'avance ! D'autant plus que, même si en tant que député vous êtes élu par le suffrage universel direct, si vous visez le poste de sénateur, ce sont les maires de votre département que vous devrez persuader de votre bien-fondé. A noter que pour pouvoir poser sa candidature à l'une ou l'autre des élections, il faut avoir la nationalité française et respecter l'âge minimum (23 ans pour les députés et 25 ans pour les sénateurs).

S'engager dès que possible

Avant de penser à accéder au poste de ministre, voire de président de la république (!), vous devez acquérir de l'expérience et faire vos preuves. Le meilleur moyen d'y parvenir est de s'engager très tôt dans les organismes qui sont à votre portée. Outre le fait de prendre sa carte de militant dans un parti, vous pouvez tout à fait commencer par vous investir dans les syndicats étudiants. Cette option conduit bien souvent les intéressés à faire carrière au sein des appareils partisans, dans le monde associatif et mutualiste ou encore dans l'univers syndical.

S'engager dans la vie politique de votre commune est un autre moyen qui offre des perspectives intéressantes et accessibles. L'expérience de l'administration municipale est formatrice et vous donnera de la légitimité pour la suite de votre carrière. L'élection du conseil municipal a lieu tous les 6 ans. Le nombre de conseillers nommés dépend de la taille de la commune. Plus celle-ci est grande, plus il y a de postes mais le nombre de candidatures augmente aussi en conséquence. Une fois intégré dans ce conseil, il ne reste plus qu'à vous faire élire maire par les autres membres. Vous pouvez également être nommé adjoint au maire et affecté à un service particulier (jeunesse, culture, urbanisme, etc.).

La politique, un métier ?

Même si certains postes requièrent un investissement horaire complet, on ne peut pas vraiment définir la politique comme un métier mais plutôt comme un ensemble de fonctions. En effet, que vous soyez maire ou sénateur, vous n'êtes nommé que pour une durée limitée. Bien sûr, dans certains cas vous pouvez vous représenter pour renouveler votre mandat mais rien ne vous dit que vous serez réélu ! Fort de votre récente expérience vous pouvez également choisir de viser une autre fonction, en passant par exemple de la politique locale à la politique régionale ou même nationale. C'est d'ailleurs cette solution que choisissent de nombreux hommes politiques. Dans ce cas et étant données les fonctions diverses qui vous sont affectées tout au long de votre parcours, on ne parlera pas de métier mais plutôt de carrière politique.

D'autre part, beaucoup d'élus ne se cantonnent pas à leur seule fonction de conseiller, député ou maire. Ils exercent une activité en parallèle, un « vrai métier », qui leur permet de subvenir à leurs besoins. Il est en effet très simple de cumuler un emploi et une fonction publique. Des garanties spéciales sont accordées aux élus afin qu'ils puissent concilier les deux. Il s'agit d'un crédit d'heures aménagées pour qu'ils se consacrent à leurs tâches d'administration.

Enfin, sachez qu'après avoir exercer des fonctions politiques, la reconversion n'est pas toujours évidente. Le mandat électoral n'est en effet pas reconnu comme une expérience transposable dans l'entreprise. De plus, l'homme politique est souvent étiqueté et doit pouvoir prouver qu'il sait prendre du recul. Il est dans ce cas judicieux d'avoir une formation professionnelle parallèle, une roue de secours, ou de jouer sur les nombreux contacts que vous avez noués durant votre mandat.

R. J.